Partir à l’aventure

Cela pourrait être juste une histoire de valise. Posée. Juste parce que le train est là car il est toujours là et cette fois on l’a entendu. Oui quelque chose se place, s’ajuste, se repose, s’aligne, bref vous êtes prêt pour l’aventure.
Mais attention dans cette aventure il n’y a plus de programme auquel s’accrocher. Il y avait un billet aller retour et là vous êtes sur le retour. Sans bagages.
SNCF Sans Nos Conflits Fous !
Il n’y a pas plus grandiose aventure qu’il nous est donnée de goûter dans la Joie, simplement goûter. Ne pas chercher à la mettre dans un catalogue de voyage, de croire que c’est par là ou par là qu’il faut passer puisqu’il n’ y a pas de chemin, il n’y a même pas de destination. Et en même temps tous les chemins mènent à Rome.
Et on est tous équipé pour cette aventure. Sans nul doute. A chacun, chacune d’entendre le son de la vie ou la leçon c’est selon. Responsabilité individuelle, processus d’individuation.
Le mien a été de rester scotché sur le tarmac. Le mac à dames quoi. D’aucuns comprendront. Je n’ai jamais eu besoin de me poser la question où partir à l’aventure du coup. L’aventure s’est invitée toute seule, au fil de mon existence, elle était avant tout humaine. Et dans cette humanité, pas très loin de la fraternité j’y ai trouvé la Liberté.
Satprem écrivait “On ne peut pas faire un pas en haut sans en faire un en bas. À chaque hauteur conquise, nous devons revenir sur nos pas pour faire descendre l’illumination et le pouvoir nouveaux dans le mouvement mortel d’en bas, c’est à ce prix seulement que la vie se transforme, sinon nous restons à poétiser et à spiritualiser sur les sommets, tandis qu’en dessous la vieille vie cahote. Pratiquement, le mouvement de descente ne s’accomplit pas par une décision arbitraire du mental – moins il s’en mêle, mieux cela vaut et, d’ailleurs, on se demande bien comment le Mental pourrait « descendre », assis là derrière son petit bureau ?… C’est la conscience-force, éveillée et individualisée en nous, qui fait tout le travail, spontanément.”
Et oui, partir à l’aventure c’est du boulot. C’est notre seule tâche à accomplir. L’aventure intérieure, celle de la Conscience, qu’aujourd’hui je nomme Processus Intégral Créatif. Le PIC de Conscience en fête ! C’est juste un jeu, un Je, un enjeu, mon ange !
Allez, viens ! Entends le train, il Est là.
Valérie Brissi
Merci Gérard, merci Stéphanie, Merci Yvan. Comme quoi c’est aussi une aventure collective quelque part…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *